Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
*Benoît Pêche*

Articles récents

une micro session mouche sur le Célé.

10 Septembre 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

une micro session mouche sur le Célé.

C'est la rentrée des classes, et ma fille est maintenant interne au lycée à Figeac. Il faut bien trouver un avantage à tout ça... Le vendredi, alors que je pars la rechercher, je calcule qu'en partant assez tôt, je devrais avoir le temps de tremper un peu de fil à l'eau. Seulement, je ne connais pas le Célé qui coule à Figeac, et donc quelle technique employée???? Toc? il va me falloir trouver des appâts vivants sur place d'où une perte de temps inévitable. Leurre? mais j'ai peur qu'en milieu d'après midi, avec la chaleur du moment, les différents leurres ne donnent pas grand chose. Mouche? je pense que ce sera là où j'aurai le plus de chances de voir du poisson. Et en plus, la rapidité d'action d'une canne à mouche n'a pas son pareil. Les waders, le gilet mouche et la canne dans le coffre me voilà parti.

une micro session mouche sur le Célé.

Arrivé à Corn, difficile de trouver un accès sympa sur le Célé.... Je me reprends à 3 fois pour trouver un spot sympa, et arrive à garer la voiture proche de la rivière à Ceint d'eau. Il ne me reste déjà plus qu'une grosse demie-heure avant que la cloche de l'école de ma fille ne sonne.... Il va falloir etre précis et efficace... Je me mets à l'eau et pratiquement de suite, "gobages" !! un chevesne de moins de 10 cm vient d'avaler mon palmer noir monter sur un hameçon de 12 !! vorace le petiot. Le temps tourne et la partie de rivière que je remonte parait déserte... Pas la peine de continuer. Je rejoins la berge et remonte 50m plus haut pour essayer un "plat" juste sous une chaussée. C'est en effet le bon spot. Les poissons sont là à s’oxygéner en sortie de courant. Deux poissons viennent me rendre visite dont une très jolie vandoise de 20cm. Il ne me reste plus que 10mn mais l'envie d'essayer au dessus de la chaussée est plus forte... Je fouette deux fois et "BIM" !! un autre chevesne se saisit du palmer. Une remise à l'eau rapide, un pliage du matos express et me voilà en mode footing pour regagner la voiture(pas top avec les waders et le genou bancale...).

En conclusion, voilà qui permet de prouver qu'en très peu de temps mais avec beaucoup d'envie, il y a toujours moyen de se faire bien plaisir à la pêche. Pour info, je suis arrivé 4 minutes avant que la cloche ne sonne. Trop fort !!!

Place à la vidéo de cette sortie...

Lire la suite

Pêche en Haute Savoie.

3 Août 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Pêche en Haute Savoie.

Pour les vacances cette année, c'est direction les Alpes!!! Et plus précisément la Haute Savoie proche du lac Léman. Une bonne semaine chez mon "tonton" adoré à Excenevex, avec pour ambitions, quelques sorties pêches, histoire de découvrir de nouveaux coins et pas perdre trop la main. Trois cannes spinning et ma canne mouche seront de la partie. Mais avant toute chose, il faut commencer par débourser... et oui ce coin ne fait pas partie de la réciprocité nationale... Mais bon c'est pas dramatique 19.70€ pour une semaine, c'est pas le lac Léman à boire...

la féra(le corégone)
la féra(le corégone)

Ma première sortie prévue et sur le Léman grâce à la barque du tonton et à son moteur qu'il a fallu faire voir au mécano du coin, car celui ci avait décidé de nous retarder quelques peu... Impossible de le démarrer... verdict : crasse dans le carbu : 99€!!! ça fait cher la crasse...

Bref, avec deux jours de retard, nous voilà sur le lac. Et là, j'avoue avoir été un peu perdu sur cette immensité... Je décide de regarder un peu comment font les voisins, qui sont pour la plupart à pêcher la petite perche(10 à 15cm!! c'est la spécialité du coin...) et remplissent les bourriches... Ce qui n'est pas trop mon trip... ou bien à pêcher la féra(corégone), poisson emblématique du lac, sans vraiment avoir beaucoup de succès. Donc moi avec mes leurres souples et durs, je passe un peu pour un hurluberlu!! Peu importe qui ne tente rien n'a rien. Et bien j'ai tenté de prendre belle perche ou brochet mais rien de rien... pas une tape... Difficile sur cette étendue de flotte...

le Foron.
le Foron.

Et bien soit, les cannes spinning sur le lac n'ont rien voulu donner, je vais donc m'orienter vers les cours d'eau avec ma canne mouche. Le choix du cours d'eau : le Foron. Petite rivière qui se jette dans le lac à Sciez. Je décide de le tenter pas trop loin de l'embouchure histoire d'avoir un peu d'eau. Avant de m'y rendre, je passe à l'étau et vite fait je monte des palmers en 10, 12 et 14 en blanc et noir.

Pour ma première sortie, assez en amont de l'embouchure, plutôt content de voir qu'il y a du fish. Même s'ils ne sont pas bien gros, des chevesnes sont là, nez au courant. Je réussirais à en piquer quelques uns, pas bien gros, et une petite fario qui traînait par là.

Pour mes deux sorties suivantes, je descends un peu plus en aval, et là.... du gros chevesnes présents!!! Mais pas forcément actifs les gros pépères... Je vais (en insistant quand même pas mal sur chaque spot) réussir à leurrer une bonne quinzaine de fishs dont de jolies pièces(le plus gros faisant plus de 60cm!!). De bien jolies bagarres, une pêche vraiment très intéressante.... le palmer noir en 10 fut la mouche reine.

la Dranse d'Abondance.
la Dranse d'Abondance.

Ma première semaine de vacances se termine(déjà...). Direction un peu plus haut en altitude. Les cannes repliées dans la soute du camping car sont prêtes à servir à nouveau si toutefois je vois de jolis spots... En ce moment même, j'écris cet article dans le camping car, fenêtres ouvertes, avec le bruit de l'eau qui coule dans mes oreilles... nous sommes à la Chapelle d'Abondance, garés juste à coté de la Dranse d'Abondance... ça me donne déjà des envies...

Lire la suite

Pêche en bord de mer.

1 Juillet 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Erquy cote de penthièvre
Erquy cote de penthièvre

En cette fin du mois de juin, le brevet des collèges passé pour ma fille et l’arrêt des cours pour mon fils, direction la Bretagne, sans ma pauvre petite femme qui doit continuer à bosser(sniff!!), et plus précisément Erquy dans les cotes d'Armor pour une semaine de vacances chez mes parents. Qui dit vacances à Erquy dit pêche aux leurres du bord pour essayer de sortir bars et autres vieilles...

Pêche en bord de mer.

La réglementation concernant la pêche du bar n'autorise pas le prélèvement de poisson jusqu'au 1er juillet. Tant mieux, peu de monde sur les rochers à essayer de leurrer Mr labrax. Et comme le dit la petite dame qui tient la boutique d'articles de pêche(mon fournisseur officiel), " les gens disent qu'ils pratiquent le no-kill, mais en fait personne n'achète de matériel et pas grand monde ne pêche en attendant le 1er juillet... Rares sont les vrais pêcheurs no-kill comme vous vous savez..."

Pêche en bord de mer.

Le plein de black minnow et autres crazy sand eel étant fait, direction la cote pour une serie de sessions pêche en soirée surtout, et quelques fois en journée. Les vieilles sont de sortie... Elles fracassent de leurs dents acérés le plastique délicat des black minnow(les vieilles nous coûtent cher!!).... Les bars se font attendre, contrairement à leurs cousins de la cote basque qui ont fait "fête" à mon binôme qui passe ces vacances là bas. 2 bars de 75 et 90cm pour lui!!! Enorme!!! De notre coté des bébés viendront nous rendre visite(30 cm en moyenne), même si le frangin réussira à leurrer un 50cm à la tombée de la nuit.

Des images étant plus parlantes que des mots, place à ma petite vidéo retraçant une partie de ces sessions.

Lire la suite

Première véritable sortie en float tube.

4 Juin 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Première véritable sortie en float tube.

Cela faisait déjà un moment que j'attendais de chausser les palmes et m'asseoir dans ma bouée canard. Mais la blessure au mollet pas encore tout à fait guérie et la crue des deux magnifiques cours d'eau qui m'entourent que sont la Dordogne et le Lot, ont fait qu'il a fallu être patient...

Mais ça y est c'est décidé, je vais trouver un plan d'eau pour essayer l'engin et par la même occasion le porte cannes que j'ai fait de mes mains. Je me suis trouvé une passion pour le bricolage... (Non ce n'est pas vrai... rassurez vous pour ceux qui me connaissent).

Le plan d'eau choisi et le lac du Causse, qui se situe en Corrèze, près de Brive la Gaillarde. J'y étais allé une fois pendant l'hiver en barque avec mon binôme de choc, et nous avions réalisé un magnifique capot...

Première véritable sortie en float tube.

C'est donc vers 8h30 que je prend la route, la panda bien chargée. Arrivé sur le site une heure plus tard, il m'a fallu une bonne demi-heure pour trouver le bon poste et me mettre à l'eau. Une compétition d'aviron semblant se préparer, le plan d'eau est envahi de bouée délimitant les couloirs de course... Il y en a partout... Peu importe, ce sont les bordures que je souhaite prospecter. Les berges sont forts sympathiques, pas mal de végétation et un peu d'activité en surface(du blanc et de jolies carpes se laissant approchées par mon embarcation).

J'ai pêché(et donc palmé...) trois heures en testant plusieurs techniques(leurre souple, leurre dur), mais le "patern" du jour était le drop shot. Un brocheton de 30cm et une perche de 25cm se laisseront leurrer par mon montage. J'ai décroché deux autres poissons au crankbait et au drop shot.

Je serai bien resté un peu plus longtemps mes les jeunes du judo club attendent leur prof... Mais je reviendrai.

En conclusion, une sortie test float tube réussie. Très content de mon repose cannes qui rempli bien ses fonctions. Les touches, Les poissons, et le beau temps étaient de la partie. Il me tarde déjà de rebarboter sur l'eau.

En attendant la suite de mes sorties pêche vous pouvez visionner ma vidéo de cette pêche sur le lac du Causse.

Lire la suite

Week-end truites aveyronnaises.

9 Avril 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Week-end truites aveyronnaises.

L'ouverture de la truite étant déjà faite pour la plupart des pêcheurs depuis quelques semaines, je me devais de rattraper le retard dû à cette foutue blessure au mollet... La date était calé depuis début janvier, nous devions(mon binôme de choc et moi même)partir pour une petite session pêche en Aveyron le premier week-end d'avril. Et le grand jour est arrivé....

7h00 du matin, le soleil se lève à peine dans le Lot et je passe prendre mon pote pour un départ plus qu'attendu pour aller rendre une petite visite aux poissons aveyronnais. le matériel rangé dans le camping car nous voilà parti. Après 4h00 de route nous apercevons Millau et ses grands causses : nous sommes arrivés.

gamera 63 HW impact brown trout
gamera 63 HW impact brown trout

Mon collègue qui connait très bien la région me servira de guide. Nous pêcherons en priorité la Dourbie et le Tarn. Mais dès notre arrivée, le constat est sans appel : ça ne va pas être facile... En effet les eaux sont un peu hautes, teintées et charries beaucoup de saletés qui viennent se fixer sur l'hameçon et le fil... Et comme cela ne suffisait pas il fallait faire avec un vent assez fort avec des bourrasques à 80km/h... La partie s'annonçait donc assez difficile.

Au niveau technique de pêche, mon binôme décide de rester sur sa technique de prédilection : le Toc. Quand à moi je décide de tenter ma chance au leurre. Je pêcherai essentiellement avec deux petits leurres achetés pour l'occasion. Le premier étant le Gamera coulant 63 HW en 6.5cm pour 6.4g, coloris impact brown trout, qui nage entre 0.5m et 1m. Et le second, plus petit le gamera suspending 50 SP en 5cm pour 2.3g, coloris mat fire tiger, qui nage entre 0.2m et 0.5m. Deux leurres que je ne connaissais pas et qui m'ont bien plu. Belle nage, beaux coloris, tridents de bonne qualité.

Durant ces deux jours, j'ai tout de même pêché plus avec le gamera coulant(plus aisé pour les lancers). Mais les deux leurres Gunki m'ont ramené du poisson. Associé à ces deux petits leurres, j'ai ressorti pour l'occasion un vieux leurre rappala imitation vairon en balsa(très léger) qui, malgré les lancers difficiles dû au vent, a fait le boulot puisqu'il m'a ramené un poisson. Les conditions de pêche ont fait qu'il fallait pratiquement enlever à la fin de chaque lancer de l'herbe, des feuilles ou des petites branches sur les triples... mais quand on est motivé...

Gamera 50 SP mat fire tiger
Gamera 50 SP mat fire tiger

La première journée se soldera par plusieurs poissons capturés avec un plus grand nombre au toc(entre 3 et 5 poissons chacun). En prime, une belle casse pour mon collègue dès le début sur un très gros poissons qui n'aura pas daigné nous faire voir la moindre nageoire...

Le lendemain matin, 8h00, direction un nouveau poste en essayant d'éviter les postes exposés au grand vent...(chose difficile). La pêche sera tout aussi ardue, et nous devrons faire preuve de patience et de pugnacité pour sortir quelques farios de ces magnifiques veines d'eau. L'après midi, le vent se renforce!!! et la pêche devient fort compliquée... Réunion de crise dans le camping car. Nous décidons de revenir sur Figeac qui semble être moins chahuté par les vents pour tenter notre chance sur le Célé. Arrivés à 19h30 sur Figeac, nous faisons le point... Mais malheureusement, une oreille qui me faisait souffrir depuis la veille et qui ne cessait de m'endolorir aura raison de moi... Nous décidons d'un commun accord de continuer notre chemin et de rentrer à la maison....SNIFF!! Nous aurons donc dû écourtez ce séjour d'une demie journée...

Week-end truites aveyronnaises.

En conclusion, la technique du toc aura donc été plus payante sur l'ensemble des deux journées, même si la pêche aux leurres était plus aisée(vu le vent). Les poissons étaient présents(farios et chevesnes). Nous reviendrons donc d'ici quelques temps se réessayer avec d'autres conditions pour faire une comparaison.

Malgré des conditions de pêche pas évidentes du tout et une otite carabinée, le bilan reste plutôt satisfaisant, puisque nous avons touché du poisson, et surtout partagé de très bons moments d'amitié. Quoi demander de plus... si ce n'est de recommencer...

La vidéo de cette petite session.

Lire la suite

J'ai mon Float tube !!!!

17 Mars 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Logo du site.
Logo du site.

Et voilà c'est fait, j'ai commandé mon Float tube. Et il est arrivé ce matin. Tout d'abord, un petit mot, juste pour dire un grand merci aux "youtubers" Les Poissons et le Pêcheur, qui m'ont permis d'obtenir un prix moins 10% grâce à leur code. Le Float a été commandé sur le très bon site Articles-Pêche : http://www.articles-peche.fr/

Alors en ce qui concerne le modèle que j'avais choisi à la base, le Brigad 160 de chez Seven Bass, je n'ai finalement pas retenu ce choix. Et oui il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis... Je suis donc parti sur un Float tube de la marque JMC et plus précisément le Commando. Pour debuter dans la grande aventure qu'est la pêche au float tube, cet engin fera tout à fait l'affaire. Par la suite si je deviens un inconditionnel de ce type de pêche, je verrai à changer d'embarcation et mettre un peu plus de billes dans mon rafiot. Et puis qui sait, peut être que je ne voudrais jamais me séparer de mon nouveau compagnon de pêche, et qu'il me satisfera pleinement.

Au déballage, mes premières impressions sont plutôt positives. Je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi solide. Bref, prochainement j'irai tester la bête sur l'eau pour voir si son comportement sur l'eau me satisfait. Je vous en ferai un petit retour.

Mais stop aux bonnes paroles et passons à la petite vidéo que j'ai fait pour vous présenter en quelques minutes mon nouveau joujou. J'ai nommé le JMC COMMANDO !!!

bien sûr comme d'habitude les commentaires sont les bienvenus.

Lire la suite

Choisir mon Float tube....

7 Mars 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Berges du Lot...
Berges du Lot...

Nous ne sommes encore qu'à quelques jours de l'ouverture de la truite, et je pense déjà à celle des carnassiers.... Je souhaite, pour cette nouvelle saison, pratiquer à l'aide d'un nouveau moyen de déplacement. Je possédais jusqu'à maintenant pour mes sorties pêche, de mes jambes (quoiqu'en ce moment ce soit pas si évident...), et de ma barque récemment aménagée (qui fera l'objet d'un article ultérieurement). Seulement, le constat est sans appel. Les berges de la Dordogne ou du Lot sont très difficiles d'accès pour le pêcheur de carnassier que je suis(amateurs de grande rando la canne à la main sans pêcher bienvenus). De plus, lors de l'organisation de sessions assez courtes, la motivation en prend vite un coup lorsqu'il s'agit d'atteler ma coque de noix... Et oui, le fait de préparer la barque, le moteur, la batterie pas toujours rechargée, la mise à l'eau parfois délicate seul, etc... font de mes sorties courtes des mini sessions fishing qui ne ressemblent à pas grand chose. Bref, ces deux critères me freine parfois pour pratiquer mon loisir favori qu'est la pêche.

Choisir mon Float tube....

Cela me parait être une évidence, ce moyen de déplacement qu'est le float tube me parait tout à fait approprié pour aborder ces sites difficiles d'accès en barque(mise à l'eau inexistante ou parfois dangereuse lorsque l'on est seul), tout en ayant une rapidité de mise en action défiant toutes concurrences. La décision est donc prise, je vais me faire plaisir pour mon anniversaire, et m'offrir un float tube. Mais lequel choisir??? car il y a pléthore de modèles. Rond, en U, en V, petit ou grand, léger ou lourd, etc...

Je vais donc vous donner les critères qui m'ont paru importants dans le choix de mon float tube et qui m'ont permis de valider l'achat.

  • 1er critère : il faut que cette "bouée canard" puisse supporter mon gabarit....1,80m ça ce n'est pas grave, mais le quintal qui l'accompagne l'est un peu plus... J'ai donc rayé de ma liste tout les floats qui peuvent embarquer moins de 130 kgs(le bonhomme+le matériel). De plus, si je prends un float tube à charge utile importante, c'est aussi parce que je souhaite emmener pas mal de matos(cannes, leurres, sondeur, épuisette, petit matériel, le casse croute, etc), ne pas être à l'étroit et se sentir en toute sécurité(stabilité).
  • 2nd critère : la forme. Comme je navigue pas mal sur le Lot et la Dordogne, je dois pouvoir me déplacer facilement et la forme en V me permettra d'avoir une meilleure hydrodynamique et des déplacements plus aisés(car ne l'oublions pas ce sont les jambes le moteur de l'engin, et on peut très rapidement se retrouver HS physiquement avec un float tube qui a une mauvaise glisse sur l'eau). Au niveau de sa forme, je veux également avoir une assise assez haute par rapport à la surface. Le bain de siège ne fait pas partie de mes traditions préférées(surtout par grand froid...).
chambre à air amovible
chambre à air amovible
  • 3ème critère : Sa fabrication. En effet, je souhaite avoir un float tube assez solide. D'une part pour pouvoir mettre à l'eau n'importe où(cailloux, ronces, etc), d'autre part parce que je ne suis pas toujours très tendre avec le matériel.... J'ai donc choisi de faire confiance à un engin conçu avec la même matière que celle utilisée pour les bateaux pneumatiques de type zodiac. J'ai choisi également une conception sans chambre à air amovible, car c'est le gros point faible et défaut récurent des float tubes en général. Ils finissent par percer un jour ou l'autre. Et cela vient toujours du fait que ce sont des chambres à air en PVC assez fin et surtout fragile(ne supportant pas les pliures notamment).
  • 4ème critère : la marque. Je souhaite, si des soucis apparaissent, avoir un service après vente digne de ce nom. Dans ce domaine, il faut éviter(même si ils sont très bons)les floats distribués par les boites américaines. Vous risquez d'attendre assez longtemps avant d'obtenir des pièces détachées et le retour à la pêche n'en sera que plus retardé...
  • 5ème et dernier critère(et pas des moindres...) : le prix. Et oui, si la pêche est pour moi une vrai passion, ce n'est pas pour autant que je vais mettre ma famille sur la paille pour aller barboter sur l'eau avec mon nouveau joujou. je me fixe donc un budget de 400€ maximum.
Choisir mon Float tube....

J'ai donc fouiné sur le net et j'ai sorti quelques modèles qui semblaient convenir. Seulement aucun ne correspondait à la totalité des citères. Notamment, celui de conception sans chambre à air amovible. Les modèles les mieux placés sont de la marque JMC. Ils ont des avis sur le net qui souvent très bons. Le Commando d'abord, qui était mon préféré(seules les chambres à air amovibles m'ont fait stopper l'achat), l’Expédition ensuite, véritable transporteur de containers mais les poches trop hautes gênant les lancers et toujours cette histoire de chambre à air. Ces deux modèles étant entre 350€ et 420€ pour le pack float, pompe, palmes restent des très bons floats tube.

Le brigad 160!!!
Le brigad 160!!!

Puis en cherchant un peu plus je suis tombé sur la perle rare. Un produit de chez Seven Bass. Le brigad 160. Il est tout ce que je cherche et semble fait pour moi. Son prix, bien qu'étant en promo, un peu fort pour mon budget m'a fait réflechir. 435€ tout de même... pour le pack float, pompe, et palmes. Mais comme c'est mon anniv' ce fabuleux site http://www.pecheur.com/ m'offre 10% sur une commande même si celle ci est déjà en promo. Le calcul est vite fait le pack sera acheté au prix que je m'étais fixé soit 391,5€.

Voici les détails de la bête : http://www.pecheur.com/achat-float-tube-seven-bass-brigad-160-vert-100934.html

Dès son arrivée à la maison je vous ferai un petit compte rendu de mes impressions.

Lire la suite

la truite au streamer

25 Février 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

la truite au streamer

Dans 15 jours ce sera le moment tant attendu pour bons nombres de pêcheurs : l'ouverture de la truite! Et oui combien serons nous à longer les berges des cours d'eau abandonnées depuis 6 mois.... L'envie est bien là. Mais l'envie de ne pas faire comme tout le monde(c'est un de mes traits de caractère, c'est comme ça...) est encore plus forte. C'est tellement bon de se sentir un peu différent durant ces périodes d'ouverture, où la chance de croiser un pêcheur en train de balader son ver de terre en laisse est quasi certaine... Je me souviens, à mes débuts au fouet, où mes initiateurs m'avaient proposé de les accompagner à l'ouverture avec la canne à mouche. Arrivés au bord de l'eau, les anciens nous regardaient tous d'un air un peu surpris et moqueur lorsqu'ils nous voyaient déployer un peu de soie avec nos droles de mouches au bout pour pêcher cette belle rivière qu'était l'Huisne. Ce fut pourtant un très bon moment qui m'a permis d'ailleurs de sortir ma première truite au streamer. Et pourquoi pas remettre ça par ici, dans le Périgord. Voir si dame fario du sud sera aussi sensible au passage d'une imitation d'alevin que sa cousine du nord. Allez c'est parti!!

la truite au streamer

LE MATÉRIEL :

Pour la canne, étant donné que je vais pêcher des cours d'eau pas très importants et que la taille de mes streamers n'est pas bien grosse, je prendrai ma 8.6 pieds(canne standard) équipée d'un moulinet en soie 5 flottante(il n'y a pas de grande profondeur). De plus avec ce type de matériel, si le poisson est mordeur, les sensations seront au rendez vous... Je vous conseille également un panier à soie autour de la taille. Et oui le bord des rivières n'est pas toujours compatible avec la soie qui traine au sol(branches, ronces, barbelés, etc). En bas de ligne, je privilégie du court. Environ 2,5m se terminant par une pointe d'un mètre de 14° à 18°(suivant la taille des mémères habitants les fonds). Mes streamers sont de petites tailles(environ 5cm)et sont sensés imiter des petits alevins(vairon, etc) ou bien rien du tout...mais bien brillants pour mes "amies" sortant tout droits des bassines...

la truite au streamer

ACTION DE PÊCHE :

C'est pas bien compliqué. Moi je jette mon streamer vers la berge opposée. Ensuite je laisse le courant faire sont boulot, un ventre se forme avec la soie et tire sur le streamer(pas la peine de faire de mending, au contraire...) imitant l'alevin en fuite. Attention la touche peut être violente à ce moment précis. Essayer dans la mesure du possible de faire passer votre streamer près des postes à truite(cailloux, branches,etc). Puis lorsque mon streamer est arrivé sur mon coté de berge, j'anime en ramenant par des petites tirées, du tricotage pour essayer de faire sortir la belle de dessous les racines, trous, etc.

J’espère que ce petit article traitant modestement de la pêche de la truite au streamer vous aura donné envie d'être un peu différents vous aussi. Il faut vraiment vivre ça au moins une fois dans sa vie de pêcheur; lors de l'ouverture, l'attaque d'une belle truite sur un streamer monté par nos soins, avec un matériel si léger. C'est du pur bonheur!! Alors tous à vos étaux :

Lire la suite

Pêche et handicap.

22 Février 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

joëlette
joëlette

Étant en ce moment un poil handicapé physique(déchirure du mollet...) et de par mon métier qui consiste à encadrer des adultes en situation de handicap mental ou psychique, je me suis dit qu'un petit article sur les possibilités qu'ont les personnes handicapés de venir tremper un peu de fil pourrait être intéressant.

Pour ce qui est du handicap physique, il est de plus en plus courant de trouver des postes spécialement adaptés pour les personnes à mobilité réduite. Dans mon département, ces infrastructures sont bien représentés. Il y en a 25 répartis sur les plans d'eau(13) et les bords de rivière(12). Tous ces lieux de pêche sont référencés sur le petit guide de la fédé avec le fameux label handipêche. Pour obtenir cette appellation, il faut qu'aux lieux où se trouvent ces structures, il y ait :

  • un parking voiture à proximité.
  • un chemin d’accès praticable entre le parking et le poste de pêche.
  • une distance maximum de 20m entre le parking et le poste de pêche.
  • un panneau signalant le poste.
  • un ponton sécurisé.
  • une poubelle.
  • de l'ombrage.

Tout cela est très bien, mais le cahier des charges est tellement complet qu'en effet les postes de pêche garantissent tous ces points, mais pas forcement le poisson à proximité.... Certains sont très bien situés alors que d'autres sont construits à des endroits pas toujours très adaptés à toutes pêches(mouche, leurres par exemple). Je suis donc en mesure de me demander si le but de certaines AAPPMA n'est il pas d'avoir en priorité le label "Handipêche"....et qu'ensuite le fait de faire du poisson ou de prendre plaisir soit un peu secondaire.

Une association existe et permet à des personnes invalides de pratiquer ce loisir qu'est la pêche comme tout un chacun. C'est à dire en pleine nature, à l'aide d'une joëlette(sorte de fauteuil brancard tracter par deux personnes)permettant de passer sur du tout terrain. Je vous donne le lien de cette association, qui à mon avis, mérite d'être connue :

http://www.handicap-passion-peche.org/

association favorisant la pratique de la pêche avec le milieu du handicap

association favorisant la pratique de la pêche avec le milieu du handicap

Pêche et handicap.

Pour ce qui est du handicap mental(qui fait partie de mon métier à part entière), c'est tout autre chose. Pour les personnes qui n'ont pas de handicap physique associé, il n'y a pas besoin de postes aménagés. Ces derniers peuvent pratiquer en pleine nature. C'est un véritable moment d'évasion pour ces gens qui ne connaissent que trop souvent la collectivité. Il est également bon de rappeler que des personnes en situation de handicap mental trouvent dans l'activité "pêche" une quiétude, une sensation de liberté, de détente et de bien être. En fait tout comme nous....Car et oui, ils sont comme nous. Ces personnes prendront du plaisir juste à tremper un peu de fil même si les touches ne sont pas de la partie, et ce sera l'apothéose si toutefois le moindre petit gardon vient à se faire prendre à la ligne d'un des pêcheurs.

J'ai donc décidé de monter un petit atelier pêche pour les plus motivés. Mais pour que cela fonctionne, il faut que l'apprentissage soit simple, mais régulier et répétitif. En étant bien conscient que le résultat pourra se faire attendre car cela peut prendre un long moment pour que les gestes les plus simples soient assimilés. Il faut donc être présent au bord de l'eau assez fréquemment. Et c'est à ce moment précis qu'un problème s'est posé à moi et à ma prétention de leur faire partager ma passion. Car tant que nous y allions 1 fois de temps en temps au bord de l'eau, le fait de prendre une carte à la journée nominative faisait très bien l'affaire. Seulement pour que l'activité devienne régulière il fallait passer à la carte annuelle. Et quelle n'a pas été ma surprise lorsque j'ai contacté la fédération pour savoir si il y avait un tarif sur les cartes annuelles pour personnes handicapés. RIEN !! Ces personnes qui souvent ne font que tremper un peu de fil doivent payer le prix fort... C'est tout de même révoltant.

Et ce prix de carte est tout aussi inadapté pour ces personnes à mobilité réduite auxquels je faisais allusion tout à l'heure. En effet, je ne trouve pas normal qu'une personne handicapé soit obligé de s'acquitter du même tarif qu'un pêcheur qui peut pratiquer sa passion sur 2500kms de cours d'eau et donc 5000kms de berge. Ainsi, cette personne en situation de handicap, pourra pêcher sur les 25 pontons du département qui doivent représenter environ 100m... Je ne suis pas pour la gratuité non plus, mais pourquoi pas un tarif comme celui de la carte découverte "femme" qui pourrait être : carte découverte "handicap". Même si je peux comprendre qu'il faut que l'argent rentre dans les caisses pour faire de bons gros lâchers de truite, je préférerais un peu moins d'arc en ciel aux nageoires rabotées et plus de possibilités pour les pêcheurs extra "ordinaires" de pratiquer ce loisir qu'est la pêche.

A quand une réelle prise en compte de la fédération de pêche pour les personnes présentant un handicap physique ou mental. C'est comme la pratique du no-kill, on avance, mais on est encore loin du but.

Lire la suite

Découverte nymphe au toc pour l'ouverture

18 Février 2016 , Rédigé par Benoit Desessard

Découverte nymphe au toc pour l'ouverture

L'ouverture n'est plus très loin, et l'envie de tremper un peu de fil se fait de plus en plus sentir. L'envie également de découvrir de nouvelles techniques de nouvelles sensations. C'est pour cela que cette année j'ai envie d'innover. La décision est prise, durant cette période d'ouverture, quand les eaux seront un peu plus clair, je testerai la pêche à la nymphe au toc.

J'ai entendu beaucoup de bien de cette technique qui consiste à présenter au poisson dans une dérive comme celle du toc, une imitation des larves présentes dans le cours d'eau. Dans cet article, je vais essayer de vous donner les différentes infos que j'ai pu glaner à droite à gauche sur cette pratique. je vous ferai part également d'une petite vidéo du montage d'une nymphe qui me servira pour la période post ouverture(avril, mai).

Pour commencer et savoir pourquoi la nymphe me parait être une bonne idée.

  • il faut se rappeler qu'un poisson mange plus souvent sous l'eau qu'à la surface, qui plus est en période d'ouverture où le poisson est près du fond dans un état encore un peu léthargique lié à la température froide de l'eau. Une nymphe assez lourde me permettra donc de pêcher proche du fond.
  • Ensuite, le fait d’avoir une esche qui diffère des appâts naturels pourra peut être faire la différence lorsque ces derniers sont boudés par les poissons.
  • Enfin, il est tellement bon de leurrer un poisson par une esche créée de nos mains. Et puis la corvée de ramassage des vers est oubliée, même si lors de mes sorties en nymphe quelques uns m'accompagneront, au cas où....

Pour le montage voilà comment je compte m'y prendre :

  • ma canne toc habituel, une Delacoste en 3,90m.
  • moulinet toc rempli de fil bicolore en 16°°.
  • un bas de ligne de 70cm environ, composé d'une nymphe casquée en pointe(assez lourde) et d'une nymphe(casquée ou non) sur une potence à 40cm de la pointe.

Pour l'action de pêche, je pense pratiquer exactement comme pour les appâts naturels. C'est à dire je lance 3/4 amont, je contrôle ma dérive canne haute, et je termine en aval canne basse. Je débuterai par un bas de ligne non plombé(uniquement le poids de la ou des nymphes). Par la suite, si le courant et fort ou bouillonnant, profond, j'ajouterai une plombée dégressive comme pour le toc aux appâts naturels. La pêche devra se faire en étant discret et très concentré, car je pense qu'il faudra être hyper réactif. En effet, à la différence des appâts naturels, étant donné que c'est une esche artificiel, le poisson doit très rapidement se rendre compte de la supercherie et recracher...

Tout cela me donne déjà très envie de mettre en pratique tout ce que je viens de dire. En attendant, voici la vidéo du montage de ma mouche de pointe. Au sujet du montage, il serait préférable d'utiliser des billes en tungstène qui alourdira la nymphe pour une meilleure pénétration dans les couches d'eau. De même n'hésitez pas à réduire encore plus les cerques, toujours pour aller plus raidement vers le fond. Un grand merci à marcd du forum de pêche au toc pour ce complément d'information.

N'hésitez pas à vous abonner au blog ainsi qu'à ma chaine youtube et surtout faites des commentaires ou donnez des conseils, ils seront les bienvenus.

Voici la première qui prendra l'eau prochainement....

Lire la suite
1 2 > >>